vendredi 30 septembre 2016

Le séjour de Rimbaud à Paris (suite)


L'hôtel des Zutistes
Après avoir quitté la chambre louée par Banville, Rimbaud allait trouver refuge à l’Hôtel des Étrangers, siège du cercle zutiste. Le cercle zutiste avait été créé peu avant à l’initiative de Charles Cros. Il rassemblait des parnassiens et quelques artistes comme André Gill ou le poète et musicien Cabaner qui en était le gérant. Les Zutistes tenaient un album où chacun pouvait écrire. Il n’était pas destiné à publication mais il fut conservé et publié plus tard. On y trouve de nombreuses contributions de Rimbaud.1
Ernest Delahaye a donné une description de l'endroit où se retrouvaient les Zutistes. En compagnie de Verlaine, il y était allé voir Rimbaud lors d’une visite à Paris : « Là se trouve un hôtel qui portait - porte encore aujourd’hui – sur son balcon cette inscription : Hôtel des Étrangers. Une grande salle de l’entresol avait été louée par des gens de lettres, peintres, musiciens, fraction du Tout Paris artiste pour y être chez eux, entre eux, et causer à leur aise des choses qui les intéressaient. (…) Rimbaud dormait sur une banquette. Il se réveilla à notre arrivée, se frotta les yeux en faisant la grimace, nous dit qu’il avait prix du hachisch. »2
Cet hôtel se trouvait au 2 rue Racine3. Une petite polémique eut lieu parmi les biographes de Rimbaud car un dessin figurant dans l'Album laisse croire que la pièce des Zutistes était au troisième étage alors que Delahaye la situait à l'entresol. D'après le descriptif figurant au calepin de la rue Racine, il n’y avait pas de grande pièce au troisième étage. La salle de réunion était plus probablement une des boutiques du rez-de-chaussée qui communiquait par un escalier intérieur avec l'entresol.


Dessin figurant dans l'Album zutique



Archives de Paris, calepin de la rue Racine, D1P4 926


Rimbaud devra quitter cet hôtel en décembre, peut-être après avoir fait une mauvaise blague à Cabaner dont il s'est vanté lui-même auprès de Delahaye, qui l'a rapportée : «La plupart des anecdotes sur les frasques de Rimbaud doivent n’être acceptées que sous réserve. Il ne faut pas oublier la préoccupation puérile (il avait seize ans) qu’il a eue quelques temps de se poser en « monstre » (si monstre il est, c’est intellectuellement) de courir au-devant de l’horreur et du mépris. Ainsi, l’histoire du lait de Cabaner. Voici à peu près comment Rimbaud me racontait cela, pendant le séjour de quelques mois qu’il fit à Charleville – retour de Paris, en 1872 : 
C’est embêtant, j’ai maintenant une sale réputation à Paris. Causes : les blagues des camarades et aussi les miennes d’ailleurs. Je me suis amusé – c’était bête – de me faire passer pour un ignoble cochon. On m’a pris au mot. Ainsi, je raconte un jour que je suis entré dans la chambre de Cabaner absent, que j’ai découvert une tasse de lait apprêtée pour lui, que je me suis b… dessus et que j’ai éj… dedans. On rigole et puis on va raconter la chose comme vraie…»4
Mais c'est plutôt par crainte d'un contrôle fiscal, selon Delahaye, que les Zutistes ont quitté cette salle. Dans ce cas, ils en sont partis avant le premier janvier.

La chambre rue Campagne-Première
A nouveau, les bienfaiteurs de Rimbaud ont dû intervenir. C’est Verlaine qui loua une chambre rue Campagne-Première, dans le quatorzième arrondissement, que Rimbaud occupa du début janvier à la fin mars 1872, avant de regagner Charleville.
On sait que le dessinateur Jean-Louis Forain, surnommé Gavroche, a habité avec Rimbaud cette chambre de la rue Campagne-Première. Jean-Jacques Lefrère a cité divers témoignages à ce sujet, dont celui du marchand de tableau René Gimpel. Il avait dit un jour à Forain qu'il avait appris qu'il avait connu Rimbaud : « Ah mais très bien me répond-il, si bien que j’ai logé deux mois avec lui rue Campagne-Première, dans un taudis épouvantable ; ça lui convenait, ça lui plaisait, il était si sale. Nous n’avions qu’un lit, lui couchait sur les ressorts et moi par terre sur le matelas. Nous avions un pot d’eau grand comme un verre presque trop grand pour lui. Moi, j’allais me laver dans la cour et je me mettais comme au régiment nu jusqu’à la ceinture. Notre vie inquiétait le concierge et, tandis que je ruisselais d'eau, il vint un jour engager la conversation et me demanda ce que je faisais. Je lui répondis que je dessinais. »5
Nous avons aussi le témoignage de l’abbé Mugnier, dans son journal : «Vers 1872, Forain habitait rue Campagne-Première avec Rimbaud ; ils y couchaient dans des lits hasardeux. Forain avait pris la paillasse et Rimbaud le matelas. »6


Jean-Louis Forain par Nadar, BNF


L'abbé Mugnier a aussi publié dans son journal, à la date de 1935, une lettre du peintre Jolibois, surnommé La Pomme, adressée à la veuve Forain. Son témoignage est tardif, après la mort de Forain en 1931, et peu fiable : « Quant à Rimbaud, quand je l’ai connu, il arrivait de Charleville, son pays natal, ayant fait le voyage dans un bateau de charbon par les canaux. Il logeait rue Campagne-Première au dépôt des petites voitures dont l’immeuble était habité presque exclusivement par des cochers. Il avait là une chambre assez vaste qui paraissait d’autant plus vaste qu’il n’y avait pas de meubles. Dans une encoignure une paillasse avec des couvertures de cheval, une chaise en paille, une table en bois blanc avec dessus quelques papiers et une bougie fichée dans un pot à moutarde. C’était tout. »
C'était la Compagnie Générale des Voitures de Paris qui occupait un vaste terrain7 à l’angle du boulevard d'Enfer (actuel Boulevard Raspail) et de la rue Campagne Première. Il y avait là des écuries pour plus de sept cents chevaux et l'on peut imaginer l'ambiance et l'odeur.

Archives de Paris, calepin du Boulevard d'Enfer, D1P4 380


Verlaine a décrit cette chambre, un « garni », dans un poème Le Poète et la Muse, dont le manuscrit est accompagné d’une mention « A propos d’une chambre rue Campagne-Première »8:

La chambre, as-tu gardé leurs spectres ridicules,
Ô pleine de jour sale et de bruits d’araignées ?
La chambre, as-tu gardé leurs formes désignées
Par ces crasses au mur et par quelles virgules ?

Jolibois fut le premier a indiqué une adresse pour cette chambre. Il désigne un petit immeuble de deux étages dans un angle de ce terrain, mais ce n'est probablement pas là que se trouvait la chambre de Rimbaud.
Pourtant, Pierre Petitfils indiquera lui aussi cette localisation en apportant des précisions :
« C’est ainsi que vers le 15 ou le 20 novembre, Rimbaud eut pour domicile une mansarde dans le comble d’un vague hôtel de l’angle du boulevard d’Enfer (Raspail) et de la rue Campagne-Première, en face du cimetière Montparnasse. Au rez-de-chaussée se trouvait une boutique « Vins et boulangerie » tenue par un certain Trépied ; la clientèle était surtout composée de cochers d’omnibus dont le dépôt était voisin.»9
Il cite aussi l'article d'une journaliste qui était venue enquêter sur place en 1936, où un vieil artisan témoignait à propos de la boutique du marchand de vin : « C’est là que j’ai vu Rimbaud et Verlaine, le premier tout jeunet, l’autre avec quelque chose de pur et de démoniaque, qui restaient des quarts d’heure sans parler devant quelque boisson, puis s’en allaient bras dessus bras dessous, le long de cette rue Campagne-Première. »10
Verlaine et Rimbaud fréquentaient donc ce bistrot mais rien n'indique que la chambre se trouvait dans le même immeuble. La boutique du marchand de vin occupait tout le rez-de-chaussée de ce petit pavillon de deux étages. Il y avait une salle de billard au premier étage et six chambres à louer au deuxième, qui d'ailleurs n'étaient pas mansardées, contrairement à la description qu'en donne Petitfils.

A gauche, l'immeuble à l'angle avec le boulevard d'Enfer


Ce pavillon, implanté sur une vaste enceinte abritant des centaines de chevaux, ne correspond pas non plus à la description de Forain qui allait se « laver dans la cour » de l'immeuble.
Quant à Lefrère, il situe l'immeuble « au croisement » des boulevards d’Enfer (Raspail), de Montrouge (Edgard Quinet) et de la rue Campagne-Première, mais c'est impossible car ces trois voies n'ont pas d'intersection commune.
Il n’y avait qu’un seul immeuble proposant des garnis à louer dans cette partie de la rue Campagne-Première, c’était au numéro 27, en face de la Compagnie des Voitures. Ce bâtiment avait quatre étages et les garnis, donnant sur la rue ou sur une cour, occupaient les trois derniers. C’est probablement là qu’a vécu Rimbaud pendant cette période.
A quelques mois près, il aurait d’ailleurs pu croiser Jules Vallès. Celui-ci s’était caché dans un immeuble voisin après la Commune, jusqu’en juin 1871 avant de pouvoir gagner Londres, comme il l’a raconté plus tard. Il était hébergé par le sculpteur Auguste Roubaud qui avait un grand atelier au 21 de la rue Campagne Première.

L'atelier de Jolibois
Forain, après avoir quitté la chambre de la rue Campagne-Première, habitera quelque temps le Quai d'Anjou puis s’installera dans l’atelier du peintre Jolibois. Rimbaud fréquentait alors cet atelier de Jolibois, où il fit la connaissance de Jean Richepin. Celui-ci a livré plus tard ce récit :
«Nous nous retrouvions, Nouveau et moi, assez fréquemment, avec Ponchon, Forain, Mercier, Cretz – peintre alsacien qui avait failli être fusillé au lendemain de la Commune pour sa ressemblance avec Félix Pyat – dans l'atelier, sis rue Saint Jacques, d'un vague peintre nommé Jolibois. (…) C'est chez Jolibois que je rencontrai Rimbaud pour la première fois. Une allure gauche de paysan, de grandes mains et de grands pieds, des cheveux en chaume mais des yeux d'ange, des yeux inoubliables. Bon poète et mieux que bon, mais quel mauvais coucheur ! (…) Dans l’atelier de Jolibois, on disait aussi des vers, mais ils n’étaient jamais signés Carjat ! Et ils trouvaient grâce devant Rimbaud, fort chatouilleux sur le chapitre. »11
Il fait ici allusion à « l'incident Carjat » : Rimbaud avait blessé Carjat avec une canne-épée lors du dîner des Vilains Bonshommes du 2 mars.
Cet atelier était donc rue Saint-Jacques en mars 1872, peu après l’incident Carjat. Pourtant, selon Lefrère qui a négligé ce témoignage de Richepin, l'atelier de Jolibois était à cette période au 22, rue Monsieur-le-Prince. Il cite pour cela la lettre que Jolibois avait adressé à la veuve Forain, dans laquelle il a livré un témoignage tardif, vers la fin de sa vie, et sa mémoire était alors sans doute défaillante.
Il dit d'abord qu'il a rencontré Forain tout de suite après la Commune et poursuit : «  Forain et moi avons habité tour à tour la rue de Rennes, le passage Stanislas, la rue Monsieur-le-Prince n° 22 et la rue Saint-Jacques. La maison de la rue Monsieur-le-Prince avait abrité Daumier trente ans auparavant. » Il confond ici, probablement, deux dessinateurs, Honoré Daumier qui n'a jamais habité cet immeuble et Gustave Doré qui y a vécu de 1857 à 1864.
Il décrit ensuite un séjour à la campagne avec Forain « vers la fin de l’hiver » puis le retour à Paris à la fin de l’été 1872 et poursuit : «  J’ai loué alors un atelier (atelier est peut-être un peu prétentieux), une vaste pièce dans un immeuble modeste rue Saint Jacques tout en haut de la rue, près du boulevard de Port Royal, quartier populeux où on pouvait manger des cornets de pommes frites dans la rue sans se faire remarquer. Nous habitions là à trois, Ponchon, Forain et moi. (…) Je crois me souvenir que c’est à ce moment-là que Forain est allé habiter l’hôtel de Lauzun sur le quai d’Anjou. 1873 est venu, départ pour le régiment où il est allé faire un an de service. »
Selon ce récit, il a d'abord vécu rue Monsieur-le-Prince avant de s'installer rue Saint-Jacques à la fin de l'été 1872. Pourtant le calepin de la rue Monsieur-le-Prince prouve sa présence au premier janvier 1873. Jolibois a donc inversé l'ordre chronologique des deux ateliers et c'est bien celui de la rue Saint-Jacques qu'a connu Rimbaud.

Archives de Paris, 22 rue Monsieur-le-Prince, D1P4 744


Il a déménagé l'année suivante, remplacé par Luigi Loir et Georges Lorin qui en ont donné un récit, mais Forain est resté à cette adresse qu'il donne encore pendant son service militaire en 187412.
Richepin a entretenu ensuite une correspondance avec Rimbaud qu'il a malheureusement perdue, ainsi qu'un « cahier d'expression » qu'il lui avait donné : « Par la suite, je fus en correspondance avec Rimbaud ; mais ses lettres, si curieuses et dont plusieurs étaient illustrées d'amusants dessins à la plume, – comme celles de Verlaine et de Nouveau, – ses lettres ont disparu de mes papiers ; de même un « cahier d'expressions » où il notait les mots rares, des fusées de rimes, des schémas d'idées et qu'il m'avait donné. »

Le retour à Charleville
Vers la fin du mois de mars, Mathilde Mauté adressa à Verlaine une demande de séparation de corps. Il retourna alors rue Nicolet tandis que Rimbaud rentrait à Charleville. Il se chargea de déménager les affaires que celui-ci avait laissé avec l'aide de Forain et lui écrivit le 2 avril : « Gavroche et moi nous sommes occupés aujourd’hui de ton déménagement. Tes frusques, gravures et moindres meubles sont en sécurité. En outre, tu es locataire rue Campe jusqu’au 8. »13
Rimbaud rejoindra à nouveau Verlaine à Paris un mois plus tard en mai 1872. Il logera d'abord dans une chambre d'hôtel de la rue Monsieur-le-Prince au mois de mai, puis en juin à l'hôtel Cluny où il écrira la célèbre lettre de «Parmerde. Jumphe 72».
Puis au début juillet, Rimbaud et Verlaine partirent pour la Belgique.


1 Album zutique. Introduction, notes et commentaires de Pascal Pia, 1961.
2 Ernest Delahaye, Souvenirs familiers, 1925.
3 L'immeuble existe toujours, à l'angle de la rue Racine et de la rue de l'École de Médecine.
4 Le Bateau ivre n°13, Septembre 1954. Numéro spécial du Centenaire.
5 Jean-Jacques Lefrère, Rimbaud, 2001, p 393.
6 Arthur Mugnier, Journal : 1879-1939, 1985.
7 Au 35/43 Boulevard d'Enfer.
8 Paul Verlaine, Romances sans paroles suivi de Cellulairement.
9 Pierre Petitfils, Rimbaud, 1982.
10 Petitfils indiquait en note que cet article est paru dans Le Miroir du monde en 1936. Je ne l'ai pas retrouvé dans cette revue.
11 Revue de France, 1er janvier 1927.
12 Archives de Paris, D4R1 130, n° 2380-397
13 Paul Verlaine, Correspondance générale, publiée par Michael Pakenham, 2005.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire